2016

Un guide qui explique aux professeurs comment passer de l’Education nationale à une école indépendante

De plus en plus d’enseignants de l’Éducation nationale aspirent à rejoindre un type d’école où leurs libertés professionnelles seront davantage respectées, à commencer par la liberté d’enseigner. L’association Créer son école et la Fondation pour l’école ont édité un guide pratique qui aide les professeurs des écoles publiques qui le désirent à rejoindre les écoles de la liberté (hors contrat). Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Jean Nemo : Pourquoi je n’appliquerai pas la réforme de l’orthographe !

montage-pile-livres-NemoJean Nemo, fondateur de la Librairie des écoles en 2007, refuse d’appliquer la réforme de l’orthographe, contrairement à la plupart des éditeurs scolaires qui l’ont d’ores et déjà intégrée à leurs manuels. Il explique pourquoi au PointLire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Une nouvelle formation : cursus spécial cours préparatoire (CP)

logo rougeL’Institut libre de formation des maîtres propose depuis cette année aux personnes qui envisagent d’enseigner en CP (ou d’accompagner des élèves de CP) un nouveau cursus de formation, spécialement consacré à l’enseignement en cours préparatoire (CP). Forte de 20 étudiants issus du public comme du privé sous contrat ou hors contrat, cette offre de formation semble avoir dès le début très bien répondu aux attentes d’un public exigeant. Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Un manuel d’histoire de collège signé Dimitri CASALI

Pour les écoles qui sont tenues de suivre le programme d’histoire au collège et qui cherchent un manuel scolaire :

  • conforme aux nouveaux programmes,
  • moderne d’un point de vue graphique,
  • exact scientifiquement
  • et agréable à utiliser,

la Fondation Aristote, fondation récemment crée sous l’égide de la Fondation pour l’école (http://fondation-aristote.org/ ), propose une solution réellement intéressante.

Cette opération audacieuse recourt à  un financement participatif. Si vous voulez faire partie de l’aventure, vous pouvez découvrir le projet et contribuer à votre mesure au financement en vous rendant sur  : http://www.kisskissbankbank.com/publier-et-diffuser-le-meilleur-manuel-d-histoire

Vous y trouverez notamment une interview de Dimitri CASALI, directeur de publication de ce manuel scolaire.

Pour passer commande : http://fondation-aristote.org/manuel-histoire/

Commentaire (1) • [ Permalien ]
2016

Ouvrage : L’Histoire de France pour nos enfants

couv oeuvre st nicolasEntretien avec La Fondation pour l’école sur « L’histoire de France pour nos enfants ».
Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Une lettre ouverte déchirante d’un professeur de l’Education nationale

Nous reproduisons ici une lettre ouverte qui permet de prendre la mesure, par l’histoire d’une vie, de l’injustice terrible que la réforme du collège fait subir aux professeurs comme aux élèves. Une raison de plus de ne JAMAIS nous résigner à cette réforme inique. Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Pascal Balmand met en garde F. Hollande de ne pas toucher à la légère les conditions d’exercice de la liberté d’éducation en France

pascal balmandLe Secrétaire général de l’Enseignement catholique fait part au Président de la République de sa grande préoccupation au sujet des projets à l’étude de passer d’un régime de déclaration simple à un régime d’autorisation préalable en matière de création d’école indépendante. On ne touche pas à la légère aux conditions d’exercice d’une liberté aussi fondamentale que la liberté d’éducation. Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Désert éducatif ?

IMG_7984La réforme du collège, qui a agité les esprits au cours des derniers mois, se met assez fermement en place dans la plupart des établissements pour la rentrée prochaine. Elle a remis à l’honneur la question centrale du contenu des enseignements, à laquelle les parents et la société civile ne s’intéressaient pas suffisamment. Mais les récentes manifestations ont soulevé une autre question, tout aussi préoccupante, celle des effectifs. Les media ont relayé le manque cruel de professeurs remplaçants. Mais peut-être eût-il fallu s’inquiéter du manque de professeurs tout court. Car c’est une réalité qu’on néglige, et qui devient absolument dramatique.

Nous avons déjà évoqué la pénurie de candidats aux concours de recrutement, qui ne fournissent pas, loin s’en faut, le contingent nécessaire pour que chaque classe ait devant elle les professeurs requis.

En effet, en 2015 en Lettres Classiques, seuls 89 des 230 postes ouverts au concours du second degré (CAPES) ont été pourvus. Il faut dire qu’il n’y avait que 142 candidats : à force de supprimer en amont l’enseignement des langues anciennes, on ne peut guère s’étonner de ne plus être en mesure de trouver d’étudiants performants dans ces disciplines. La nouvelle réforme du collège n’améliorera évidemment pas la situation. En Lettres Modernes, ce sont 197 postes qui sont restés non pourvus (ce qui est énorme quand on conçoit qu’il s’agit bien de postes et non de classes, et que chaque poste à temps plein concernera entre 3 et 4 classes), en anglais 260 postes, et en mathématiques 343 postes. Pourtant, il y avait au départ plus de 4500 candidats inscrits. Mais seuls 2280 se sont présentés pour passer les épreuves, et le niveau académique de la plupart d’entre eux devait être bien médiocre. Là encore, l’Education Nationale récolte ce qu’elle a semé, et la France est privée des fruits qu’elle serait en droit d’attendre. Les chiffres se lisent ici.

L’agrégation, qui ouvre plus de perspectives que le CAPES, entre autres celle de travailler dans le supérieur, n’attire guère plus : sur les 457 postes ouverts au concours en mathématiques, 183 n’ont pas trouvé de destinataire, et seuls 14 des 40 postes de musique ont été pourvus. Cela laisse songeur en ces temps de crise et de chômage, et cela en dit long sur la formation reçue en amont par les candidats, issus des rangs de l’école française.

Qu’en est-il des mouvements de personnels en poste ?

Nous sommes en plein mouvement de mutations, tant dans l’enseignement public que dans l’enseignement privé.

Prenons l’exemple de l’Académie de Nantes. Pour la prochaine rentrée et pour le seul département de la Loire-Atlantique, en lettres, classiques et modernes confondues, plus de 100 postes sont vacants ou susceptibles de l’être dans le secondaire privé sous contrat, ce qui concerne donc près de 400 classes, soient environ 12 000 élèves sur les 40695 élèves scolarisés dans les collèges ou lycées privés du département. Une partie de ces postes est à l’heure actuelle vacante, et l’autre est occupée par des enseignants qui aimeraient partir ailleurs. Si ces enseignants obtiennent satisfaction, leur poste sera donc libre, c’est-à-dire vacant. Quand on voit le déficit de professeurs au niveau national, on ne peut pas imaginer que tous ces postes soient pourvus à la prochaine rentrée, loin s’en faut.

En mathématiques, pour le même département, la situation est similaire, voire pire. Une centaine de postes passe au mouvement, de manière à trouver repreneur… La liste des postes vacants ou susceptibles de l’être se consulte ici. Peu de disciplines sont épargnées par cette pénurie, qui touche de la même manière les autres départements, comme le prouve la liste vertigineuse des postes vacants ou susceptibles d’être vacants en mathématiques dans l’Académie de Paris. En Indre et Loire, où la culture scolaire est différente et moins favorable à l’enseignement privé, 31 postes sont proposés au mouvement en lettres, pour les 30 établissements du département… En ces temps de chômage massif, les écoles sont vides et cherchent désespérément des professeurs voulant se mettre au service de la jeunesse du pays : quel paradoxe !

On comprend peut-être mieux l’obsession du gouvernement pour les nouvelles technologies : il faudra bien remplacer par des ordinateurs et des vidéo-conférences ces professeurs qu’à coup de réformes ineptes et incessantes, de mépris et de salaires gelés, on a fait fuir des salles de classes.

Gauvin Burriss, docteur es lettres et professeur agrégé de lettres classiques

Commentaire • [ Permalien ]
2016

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs ragoûts…sauf si on utilise des ingrédients douteux !

Capture d’écran 2015-04-29 à 15.46.30Quelle surprise ce soir en rentrant du travail : j’ouvre le toujours délectable magazine de l’APEL (Association des Parents de l’Enseignement Libre), Famille et Éducation, dont la maquette impeccable me rassure quant à la destination de ma cotisation annuelle, et je tombe avec stupeur sur un article intitulé « Avec la classe inversée, la pédagogie se réinvente ». Lire la suite

Commentaires (2) • [ Permalien ]
2016

Camille Bedin : communautarisme et école

INTERVIEW – Les Républicains ont organisé mercredi à Paris une matinée de travail sur l’éducation et l’enseignement supérieur. À cette occasion, Camille Bedin, porte-parole de Jean-François Copé pour la campagne de la primaire, secrétaire nationale LR et conseillère départementale des Hauts-de-Seine, auteur de Pourquoi les banlieues sont de droite (Plon). Elle a répondu aux questions du Figaro. Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]