2016

Empoignades à l’Assemblée nationale : députés de droite et de gauche montent au créneau pour défendre l’instruction à domicile

Lors de l’examen en séance publique de l’article 14 bis réformant les modalités de contrôle de l’instruction à domicile, d’importantes passes d’arme ont eu lieu dans l’hémicycle où des députés de gauche comme de droite sont montés à l’assaut pour défendre la liberté scolaire, le droit à enseigner selon d’autres conceptions pédagogiques que l’Education nationale. La primauté des parents s’agissant de l’éducation de leurs propres enfants (!) a été rappelée. Sauf dans les pays dangereusement totalitaires, les enfants ne sont pas la propriété  de l’Etat. Notre société doit permettre à de nouvelles formes d’éducation de se déployer, s’il veut encourager l’innovation, la créativité et la liberté. L’Etat doit respecter pleinement la capacité et la légitimité de la société civile à éduquer, instruire, enseigner, et exercer son contrôle avec discernement, et non pas en plaquant de manière sectaire l’approche conçue et déployée dans le cadre pédagogique des écoles de l’Education nationale.  A l’heure où la France continue sa descente aux enfers dans le classement PISA, et où l’incapacité de l’Education nationale française  à délivrer de manière efficace une instruction consistante à l’ensemble des enfants est notoire, n’est-il pas illogique de pouvoir renforcer la mainmise de l’Education nationale sur les alternatives privées ou à domicile, alors qu’elles sont le plus souvent plus performantes que l’école publique, au moins pour les enfants concernés? Ce débat montre les limites évidentes de notre système fondé sur une Education nationale juge et partie. A quand des audits par des inspecteurs qui maîtrisent vraiment la pédagogie et la vision éducative avec lesquelles les enfants inspectés ont été éduqués?  A quand la création de corps d’inspecteurs indépendants intégrant à chaque fois des spécialiste de l’univers pédagogique et éducatif concerné?

Lire la suite

Commentaires (3) • [ Permalien ]
2016

Trissotin aux commandes, rue de Grenelle

rue-de-Grenelle

Commentaire • [ Permalien ]
2016

47 députés cosignent une tribune contre la réforme du hors-contrat

47 députés ont cosigné une tribune parue dans Le Figaro dénonçant la réforme du hors-contrat portée par Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale.  Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Mme le Député Annie Genevard s’exprime à l’Assemblée nationale contre la réforme du hors contrat

Commentaire • [ Permalien ]
2016

L’enseignement hors contrat s’inquiète d’un renforcement des contrôles

La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé hier matin le renforcement des contrôles de l’éducation hors contrat ainsi que de l’instruction à domicile. Des mesures qui ne vont pas de soi selon les défenseurs de l’éducation libre.

L’enseignement hors contrat, qui est un enseignement privé non tenu de suivre les programmes scolaires, et l’instruction à domicile, bien qu’en expansion, représentent moins de 1% des enfants soumis à l’obligation scolaire (âgés de 6 à 16 ans), soit respectivement 56.000 et 24.000 enfants. Si ces chiffres sont parfois perçus comme trop peu significatifs, l’Éducation nationale estime qu’il est inconcevable que l’État n’assume pas ses responsabilités quant à l’instruction de ces élèves. Ainsi, Najat Vallaud-Belkacem propose différentes mesures pour renforcer le droit à l’éducation.

Parmi ces mesures, les établissements hors contrat verront leur ouverture plus réglementée qu’elle ne l’est aujourd’hui par les pouvoirs publics. Le délai dont l’administration disposera désormais pour répondre aux demandes d’ouvertures d’écoles sera de 4 mois, contre 1 mois auparavant, et le contrôle de la conformité d’une école se fera en amont selon une liste de conditions à respecter, telles que l’adéquation aux bonnes mœurs, la compatibilité avec le droit à l’instruction et les valeurs de la République.

Quant à l’instruction à domicile, les inspections y seront renforcées : à ce jour, seulement deux tiers des enfants sont effectivement contrôlés, notamment du fait de l’insuffisance des moyens d’inspection. Un déficit que le ministère s’engage à combler. Il entend par ailleurs clarifier les modalités du contrôle. Les communes seront mobilisées à cet effet, le maire étant en charge des élèves de sa commune depuis les lois Ferry de 1882, et l’association des maires de France devra rappeler à ses membres le cadre de réglementation de l’obligation scolaire par la création d’un guide pratique.

Les mesures proposées par la ministre rencontrent cependant une opposition de la part de certains défenseurs de l’école libre. À la veille de la présentation des réformes à la presse, le Parti chrétien démocrate, mené par Jean-Frédéric Poisson, a par exemple lancé une pétition en ligne dénonçant des attaques qui « toucheront le coeur de la liberté d’enseignement et de la liberté éducative des parents ». Le renforcement des contrôles sur ces formes d’enseignement minoritaires sont perçues comme une monopolisation de l’éducation par l’État, ou comme une limite au développement personnel des enfants, qui d’après les défenseurs du unschooling (déscolarisation), devraient être en droit de choisir d’étudier à leur rythme, sous la responsabilité des parents, les sujets qui leur conviennent.

La veille de la conférence de presse de la ministre, une nouvelle association s’est par ailleurs créée, dans le but de défendre les écoles hors contrat : la FPEEI, Fédération des parents d’élèves des écoles indépendantes. Jacques de Tarrangon, confondateur de l’association, s’inquiète : « Les mesures de renforcement annoncées par Najat Vallaud-Belkacem ne sont pas l’outil d’un simple contrôle, elles vont bloquer la possibilité d’ouverture de nouvelles écoles. Ce que le ministère ne semble pas comprendre, c’est que le bateau qu’est l’Éducation nationale coule : les gens prennent alors les bateaux de secours que sont les écoles indépendantes pour combler les lacunes du système public. Plutôt que d’handicaper le fonctionnement de ces écoles et de les marginaliser, il vaudrait mieux travailler avec elles en les subventionnant pour permettre aux élèves d’avoir droit au ramassage scolaire gratuit, aux auxiliaires de vie scolaire, afin que les enfants puissent avoir une éducation qui soit optimale et adaptée. »

Hostile à ces nouvelles mesures de réglementation, il voit néanmoins d’un bon œil la multiplication des inspections : selon lui, celles-ci permettront éventuellement à l’Éducation nationale de se rendre compte du bon fonctionnement de ces écoles, de s’inspirer de leur système de fonctionnement, et de permettre ainsi l’augmentation du nombre d’écoles libres.

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Tout sur les écoles démocratiques !

Ramin FarhangiLiberté Scolaire s’est intéressé aux écoles démocratiques. Ramin Farhangi, fondateur d’une de ces écoles, a accepté de répondre à nos questions.  Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

L’école républicaine a implosé, elle n’est plus

Liberté Scolaire reproduit ici un article du Figaro Vox traitant des écoles dites hors contrat.  Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

A la découverte des free schools, les écoles indépendantes au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, depuis quelques années, fleurissent les free sccools, des écoles publiques gratuites mais indépendantes ! Regardez l’étonnant reportage réalisé par France 2.

Commentaire (1) • [ Permalien ]
2016

#EcoleHorsContrat : Question écrite du Sénateur Pierre Charon à NVB

Liberté Scolaire reproduit la question écrite posée par Pierre Charon, sénateur de Paris, à Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale.  Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]
2016

Question au gouvernement de M. Maréchal Le Pen sur la réforme du hors-contrat et le lien avec la lutte contre la radicalisation islamiste

Liberté Scolaire reproduit ici deux questions posées au gouvernement par les députées Mme Véronique Besse et Mme Marion Maréchal Le Pen au sujet du projet de réforme du hors-contrat.  Lire la suite

Commentaire • [ Permalien ]