2018

[Interview Radio] Anne Coffinier était sur RMC à propos du port de l’uniforme à l’école

Uniforme à l’école : “Tout ce qui participe au respect de l’institution ne peut être que bon”

Le port de l’uniforme obligatoire à l’école, même publique ? Le vote des parents d’élèves de 6 établissements de Provins en faveur de cette mesure relance le débat sur l’uniforme scolaire, ses vertus et ses inconvénients éventuels.

Anne Coffinier, directrice générale de la Fondation pour l’école, était l’invitée de l’émission d’Eric Brunet sur RMC ce lundi 4 juin, accompagnée d’Albert-Jean Mougin, délégué général du SNALC, syndicat national des lycées et collèges de l’enseignement public. 

Anne Coffinier a apporté son témoignage à propos de l’école de Montfermeil, école pilote du réseau Espérance banlieues abrité par la Fondation pour l’école. “Il a été décidé de donner de forts rituels aux enfants, pour faciliter l’esprit de communauté au niveau de l’école” (port de l’uniforme, lever des couleurs -ndlr), et éviter ainsi certaines dérives bien connues dans les quartiers, car “la nature a horreur du vide”.

Egalement porté dans l’école du réseau Espérance ruralités récemment lancé par la Fondation pour l’école,”dans un territoire où tous les signaux sont au rouge” (dans l’Aisne), “là aussi l’uniforme est extrêmement fédérateur”.

Largement inspirée des écoles anglo-saxonnes, cette pratique “permet de donner un esprit de corps, de fierté et d’unité”. Elle fait prendre conscience de l’importance du respect de sa communauté : l’école d’abord, la famille et le pays ensuite. Témoignages d’auditeurs à l’appui, il est rappelé que le port de l’uniforme permet également une bonne intégration des nouveaux élèves au sein de l’établissement, tout comme l’effacement de l’inévitable concurrence des marques entre les enfants.

L’émission rappelle que plusieurs établissements publics comme privés portent déjà l’uniforme en France, en région parisienne -l’école de la Légion d’honneur, l’internat d’excellence de Sourdun,…- et dans les Dom-Tom, où cette pratique est courante.

Son coût financier est partagé entre les parents et les établissements. Largement débattu dans les média, ce point fait pourtant consensus auprès des auditeurs de l’émission, plusieurs auditeurs rappelant que ce coût –150 euros en moyenne pour un trousseau d’une douzaine de pièces– est bien inférieur aux dépenses des familles en matière vestimentaire chaque année pour un enfant.

Albert-Jean Mougin, délégué général du SNALC, appuie également cette proposition pour le retour à l’uniforme en collège et lycée : “ce dont on a besoin effectivement aujourd’hui dans nos écoles, collèges et lycées c’est un esprit scolaire et tout ce qui peut participer à rendre cette idée du respect de l’institution ne peut être que bon”.

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer lui-même a déjà appuyé cette idée à de nombreuses reprises, sur la base du volontariat. Idée qui semble avoir déjà convaincu bon nombre de français, le sondage réalisé au cours de l’émission appellant que 79% des votants se prononçaient pour le retour de l’uniforme à l’école.

Cliquez pour écouter

Pour réécouter l’émission dans son intégralité, cliquez sur l’icone.

 

Catégorie(s) : Actualités, Presse • [ Permalien ]

Une réponse à [Interview Radio] Anne Coffinier était sur RMC à propos du port de l’uniforme à l’école

  1. Mme. Diana Dupuy dit :

    Née et élevée en Angleterre, j’ai porté l’uniforme pendant toute ma scolarité (1947-60), jusqu’à la cravate, le chapeau, les souliers…! Bien entendu, les élèves se plaignaient de cette obligation, qui coûtait d’ailleurs cher aux parents.
    Mais par la suite j’ai pris conscience des nombreux avantages du port de l’uniforme : effacement des différences sociales, absence de l’esclavage des marques, simplicité dans le choix des vêtements (car pas de choix !), image unifiée et identifiable de l’établissement à l’extérieur…
    Imagine-t-on une équipe de foot sans tenue reconnaissable ?
    Les Anglais ont beaucoup simplifié et réduit le coût de l’uniforme en adoptant des tenues qui peuvent être achetées en grande surface et auxquelles on peut ajouter le blason de l’école (sweat shirt au lieu du blazer, par exemple).
    J’ai connu une école primaire en France (années 80) où chaque niveau portait une blouse de couleur différente (bleu ciel, rose, jaune). C’était très joli et, me semblait-il, une bon compromis entre l’uniforme total que j’avais connu et la liberté vestimentaire. Hélas, cet usage a été abandonné, les parents s’étant plaint d’avoir à payer une nouvelle blouse chaque année !
    Evidemment la blouse c’est très ringard ! Il serait impossible de l’imposer aux adolescents !
    Mais je trouve très intéressant le choix qui a été fait dans certaines écoles indépendantes de faire de la remise de l’uniforme une sorte de récompense pour le bon comportement de l’élève. Cela valorise à la fois l’élève et l’uniforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *